LGBT+

Parole aux jeunes Bi et Pan #2 – Représentations et Invisibilisation

Vous ignoriez sans doute l’existence de la Journée Internationale de la Bisexualité. Vous pensez peut-être que la Marche des Fiertés est un rassemblement de personnes uniquement homosexuelles. Pire encore, certains d’entre vous se réfèrent encore à cette dernière en l’appelant « la Gay Pride ». Si c’est le cas, accrochez-vous car on va parler de l’invisibilisation des personnes Bisexuelles et Pansexuelles.

Témoignage de Maïa

Maïa a 20 ans et comme de nombreux jeunes LGBT+, elle s’est sentie perdue en prenant conscience de son orientation sexuelle. En effet, il règne, tant dans les familles que dans le milieu scolaire, une véritable omerta autour des thématiques ayant trait à l’amour et la sexualité. Maïa a « commencé a ressentir de l’attirance pour les filles vers l’âge de 15 ans » et a eu honte de « ce que [son] corps lui disait ».

Au terme d’un long cheminement, elle finit par se penser lesbienne : « J’ai commencé à accepter de pouvoir être attirée par les filles au bout de deux ans. J’ai rencontré un garçon avec qui je me sentais suffisamment en confiance pour oser lui en parler. Je lui ai dit que je pensais être lesbienne. Et puis, ce que maintenant je trouve plutôt amusant, je suis tombée amoureuse de cet ami. J’ai pris des mois à m’en rendre compte, parce que ça me paraissait impensable d’aimer un garçon. » Maïa illustre ici très bien l’impression de devoir « choisir », d’être soit hétéro soit homo dans une société encore une fois très binaire et hétéronormée*.

Sortant  avec une personne non-binaire**, elle a ressenti cette pression du choix : « Mon père m’a demandé un jour « alors, tu as enfin fais un choix entre les filles et les garçons ? » J’ai eu envie de rire. Non, je n’avais pas choisi. Mon amoureux n’était ni une fille ni un garçon ! Mais je ne lui ai pas dit ce jour-là. Je me suis contentée de lui expliquer que j’avais fait un choix il y a plusieurs années : celui de vivre. Et d’aimer sans honte et sans culpabilité. Que ma bisexualité n’était pas « une phase ». Que, non, je n’avais pas « plein de points d’interrogation dans la tête », comme il disait. »
Notons bien que, si l’homosexualité est parfois attaquée, son existence n’est pas (ou peu) niée. A l’inverse, les personnes bisexuelles sont systématiquement invalidées dans leur orientation, trop souvent considérée comme fausse ou transitoire.

Cette méconnaissance de la bi/pansexualité découle d’une piètre représentations des Bi/Pan dans les productions culturelles (livres, films, etc..) et dans les médias de masse de manière générale. En effet, si un jeune gay ou une jeune lesbienne peuvent trouver des modèles auxquels s’identifier dans la littérature par exemple, cela est bien plus difficile pour un.e bi/pan. Julie déclare même : « Je ne me rappelle même pas avoir déjà croisé un personnage bi ou pan ! » avant de se corriger en évoquant la série « Orange is the New Black ». Or, s’identifier et trouver une référence, notamment par le truchement de la fiction, est très important pour se construire et se sentir moins seul.e.

Angèle quant à elle s’interroge sur l’image des bi, souvent montré.e.s comme « débridé.e.s » (sous-entendu d’un point de vue sexuel). Suite aux récents coming-out bi (et même pan) de célébrités, elle s’inquiète car son orientation est de plus en plus considérée par le grand public comme un effet de mode. Ce type de représentation a de réelles conséquences et est générateur de préjugés  : « il m’est arrivé un paquet de fois de me faire prendre pour une connasse superficielle qui s’est acheté son identité sur Storenvy.com avec un legging galaxy offert quand je me revendiquait comme pan. » Je ne m’étendrait pas là-dessus mais supposer que des gens « changent » d’orientation pour être à la mode est une ineptie. Angèle ajoute tout de même que ces coming-out donnent une visibilité accrue aux non-monosexuels***.

Témoignage d'angèlejpg

Tirons sans plus attendre nos conclusions : si les représentations de bi et de pan tendent à apparaître et à se diversifier, elles restent extrêmement rares et ne résolvent pas les problèmes de fond puisqu’il est toujours aussi difficile, en 2015, de s’assumer en tant que bisexuel.le. De plus, il est plus qu’évident que les médias portent un regard biaisé sur la bi/pansexualité qui est facilement assimilée au polyamour **** par exemple. Pour ce qui est des représentations dans la fiction, le constat n’est guère plus réjouissant, car si des séries grand public brouillent les frontières du genre et abordent des thématiques queer (comme c’est le cas dans les séries animées  Adventure Time et Steven Universe; ») le mot « bisexuel.le » n’est presque jamais prononcé (et ne parlons même pas des pan). Que ce soit dans la littérature ou le cinéma, c’est plus souvent l’homosexualité qui est mise en scène et le traitement de la bisexualité se réduit fréquemment à des « phases de questionnement » chez les personnages concernés.

N’oublions pas qu’invisibiliser les bi et les pan, c’est permettre aux préjugés et au discriminations de s’enraciner. C’est fini pour cette fois, on se retrouve le jour de la JIB pour la dernière partie de « Parole aux jeunes bi et pan » intitulée « discriminations et militantisme ». A bientôt !

Notes de l’auteur:

*l’hétéronormativité est un système plaçant l’hétérosexualité (et donc la binarité homme-femme) comme une norme. Ce système participe à l’invisibilisation des orientations sexuelles et identités de genre minoritaires.

**Les personnes non-binaires ne se reconnaissent simplement pas dans la binarité homme/femme.

Une personne est monosexuelle lorsque qu’elle n’est attirée que par les personnes d’un seul genre (si vous êtes strictement hétéro ou homo, vous êtes monosexuel.le). A l’inverse une personne est non-monosexuelle lorsqu’elle est attirée par les personnes d’au moins deux genres (cela inclut les bi et les pan).

****Le polyamour est le fait de mener simultanément plusieurs histoires amoureuses et/ou sexuelles distinctes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s